concert

Bernard Lavilliers en concert

Bernard Lavilliers en concert

Denis Vase

janvier 31st, 2018

Pas de commentaire

Un carré des Docks comble en ce samedi pour Bernard Lavilliers en concert.

20h30  au Carré des Docks ce samedi, « on est là, on est à l’heure » déclare  Bernard Lavilliers annonçant en première partie Cyril Mokaësh, (on le connait pour sa chanson « je suis communiste », ou pour son duo avec BL inspiré du film « la loi du marché »). Ce  guitariste interprète livrera pendant 20 minutes un registre dans la lignée de son mentor… un registre dénonciateur et parfois provocateur,   très applaudi du public présent.

Commence ensuite un concert magnifique de plus de 2h, d’un Lavilliers tout de noir vêtu entouré de 6 musiciens hors-pairs, tous hyper triés sur le volet et multi disciplinaires, capables de passer  d’un rythme à l’autre : du rock à la salsa, du reggae, à des sons plus actuels…. tout cela sur une voix profonde et grave, portant les émotions du public à leur paroxysme.

Le show débute avec de nouvelles chansons rendant hommage aux migrants traversant la Méditerranée « je vous emmène en croisière, pas une croisière Costa, celle des exilés qui payent beaucoup trop cher », et de décrire la mer  avec son sourire carnassier engloutissant  des vies humaines.

Hommage est également fait aux prisonniers « 18 ans de placard parce qu’il était communiste ». Que dire aussi de la magnifique chanson  « Betty » sur le même thème de l’emprisonnement  qu’il  interprète seul sur scène à la guitare ? Sans autres sons que ses accords et le glissement de ses doigts sur le cordes, le public  est plombé par l’émotion…magique , magnifique…

Inspirées de sa vie, de son entourage, de l’actualité, ses chansons délivrent toutes des messages profondément humains. Mais si les sujets sont graves, le public n’est pas venu là pour pleurer, et BL le sait bien, entrecoupant sans avarice, ses chansons d’anecdotes, de réflexions personnelles ou de proverbes inventés et très largement inspirés de sa vie comme « mieux vaut jeûner seul que  picorer avec les poulets »,  « rien ne sert de mourir, il faut savoir disparaître », « les coffres forts ne suivent pas les corbillards », ou à propos de sa musique, de dire avec humour  « aucun DJ n’est capable de faire ça, t’es bien d’accord ? Ou alors ils me fauchent mes bandes !»

Le ton est rendu plus léger dès lors que sont interprétées des chansons ayant traversé les années sans prendre une ride  comme «la  salsa »,  « traffic » », ou encore  « noir et blanc » pour laquelle BL dit qu’ «à ma  grande surprise, à la fin des années 80, j’ai fait un tube ».  Le secret de la jeunesse de ses chansons les plus connues, c’est sans doute qu’il les interprète sur d’autres accords, comme  c’est le cas pour « idée s noires ».

De Charleroi où sont issus 2 de ses musiciens, à l’Irlande ou Kingston et ailleurs, BL nous fait voyager à la rencontre de divers horizons culturels et musicaux.

Fidèle à lui-même, on a  ressenti une énergie positive dans ce concert, due sans doute à la proximité qu’il a  avec ses musiciens dont il parle avec extrême bienveillance, et avec celle de son public qu’il invite à plusieurs reprise à venir se masser au pied de la scène alors que celui-ci profite de la configuration assise de la salle, proximité encore plus évidente  dès lors qu’il entame  un tour de salle sur fond de « la salsa ».

BL deviendrait presque un habitué du Havre, puisqu’il était venu au Volcan, puis plus récemment en avril 2015 aux Docks. Gageons que nous le reverrons de nouveau : comme son père décédé il ya un an et demi  à l’âge de 95 ans  auquel  il a rendu hommage avec la profonde chanson « les amis d’or », BL dit « vous allez devoir me supporter encore »…Le public conquis ne peut que l’espérer …

Ennevi

28 janvier 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *