Photos

ESTUAIRE D’EN RIRE

ESTUAIRE D’EN RIRE

Denis Vase

septembre 26th, 2017

Pas de commentaire

En ce dimanche ensoleillé, le spectacle de Le Comte de Bourderbala 2  a clôturé la 18ème édition du festival  Estuaire d’en Rire, dans la magnifique salle Greniers à Sel de Honfleur.

Après avoir écumé  les  nombreuses salles de l’hexagone – à l’exception de la Normandie-, et depuis plus de9 ans, il revient avec un nouveau spectacle, ne résistant cependant pas à  refaire quelques clins d’œil  à des thèmes précédemment évoqués.

Les sujets de  l’actualité qui lui sont chers sont ainsi décryptés à la sauce humour : le djihad et Jawad « grillant » la vile de Saint-Denis d’où l’artiste vient, les religions – toutes y passent – , « moi je suis un musulman modéré, je suis pour le Coran alternatif », la crise et le manque de moyens existant dans tous les milieux même celui de la police :  « un flic à vélo c’est la grosse loose » !

Les thèmes sociétaux   prennent également une grande place avec la solitude comme maladie du siècle. Il voudra d’ailleurs marier un certain Philippe avec un autre homme plus jeune tous 2 issus du public !  Les sites de rencontre comme moyen d’échapper à cette solitude sont bien évidemment passés à la moulinette. La famille, les enfants, les gays, le sport…sont autant de sujets décortiqués, dans le seul but de faire rire, et ça marche !

Autre grand moment, celui où il analyse les extraits de paroles des rappeurs comme Bouba ou Maître Gims, donnant lieu à ses interprétations burlesques ; ou encore, lorsqu’il donne sa version des contre-sens des chanteurs parmi les plus grands comme Aznavour lorsqu’il chante « j’habitais seul avec maman »…et bien non en fait !

Il évoque aussi es Etats-Unis et l’audace capillaire de Trump, Etats-Unis où les français ont la cote dans certains milieux, ce qui devient totalement faux dans d’autres : si le mixage d’expressions françaises avec des expressions américaines peut avoir un charme certain dans les milieux huppés, exemples à l’appui, cela ne fonctionne pas dans les milieux de la drogue par exemple !…

Les sujets ne sont pas toujours légers à l’instar de l’actualité, mais Le Comte arrive même à nous faire rire sur des thèmes aussi tabou que la mort et l’enterrement, c’est dire que cet artiste a un registre large, qu’il ose s’attaquer à tout et cela lui sourit autant qu’à nous ses spectateurs !

 

Ennevi

24 septembre 2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *