THEATRE

LES IMPROBABLES

Denis Vase

novembre 20th, 2015

Pas de commentaire

Une fois n’est pas coutume, pour ce rendez-vous mensuel des Improbables, c’est Bastien qui a tenu le rôle de maître de cérémonie, dans un style qu’on lui reconnait, lançant à la volée,  succession de mots et idées en cascade, pour le meilleur du rire.

Sur une scène avec un décor qu’il explique avec renfort d’arguments avoir fabriqué depuis 2 ans, et qu’il est allé chercher la veille à la VDH( !), François et Ismaël vont jouer avec Laetitia et Edeline venant  tout droit de Lyon. Le plateau se féminise !

5 séquences seront déclinées tout au long de la soirée, dont les thèmes seront trouvés, comme à l’accoutumée par les spectateurs. L’une s’appuiera sur les contes et légendes avec un certain Jérôme parti à l’école du professeur Gluck. La seconde prendra place au restaurant du Volcan sur fond de film d’horreur humoristique style Scary Movie.  La troisième met en place les filles, les Muchachas en référence au dernier  livre lu par l’un des spectateurs, dans une ambiance à la Tim Burton. La quatrième se  joue façon Audiard, avec les personnages hauts en couleur qu’on lui connaît (prostituée, proxénète,  flic infiltré à  l’idiotie jubilatoire,  marchand des 4 saisons à l’honnêteté douteuse). Pour la dernière séquence, le décor se prête au Théâtre de Boulevard avec Philomène , son mari Eustache et son amant au prénom tout aussi « improbable », dans « Lève toi et marche ».

Un clin d’œil spécial à Ismaël, agressé par un poireau, et finissant par terre, mort à chaque fois !

Est-ce la présence du décor (les havrais reconnaitront les formes et objets aux couleurs acidulées des expos de Noël à la mairie), la parité homme/femme, mais cette fois, cette soirée  s’est davantage apparentée  à du théâtre, apportant  un souffle  de nouveauté sur le spectacle, mais dont invariablement  l’humour est constant.

Ennevie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *