Photos

MÉMOIRES D’UN CONDAMNÉ

MÉMOIRES D’UN CONDAMNÉ

Denis Vase

octobre 24th, 2017

Pas de commentaire

Beaucoup de havrais connaissent le boulevard Jules Durand, pour l’avoir emprunté sans doute plusieurs fois dans leur vie. Mais qui sait vraiment qui était cet homme ? Qui  sait  encore que l’histoire qu’il a vécue est sans doute gravée dans la mémoire et dans l’ADN des organisations syndicales ?

Jules Durand, ce n’est pas juste une plaque de rue, ce fut un homme  à la destinée tragique dont voici un court rappel :

Secrétaire général du syndicat des ouvriers charbonniers du Havre, il fut accusé de complicité d’assassinat et injustement condamné à mort en 1910. Après 8 ans passés entre les murs d’une prison où  seule  résonnait l l’écho de ses pensées, il fut innocenté, mais trop tard,  le mal était fait : devenu fou, il finit ses jours dans l’enceinte  d’une autre prison, celle d’un asile d’aliénés.

On parle alors à l’époque et encore aujourd’hui d’une affaire Dreyfus à la mode havraise. Dans un contexte où la population ouvrière était malléable, l’affaire repose sur pléthore de faux témoignages monnayés par un patronat  qui a l’approche de la mécanisation souhaite se débarrasser des charbonniers…Durand dérange, il est considéré comme dangereux, il structure une profession  peu à peu dans un contexte de balbutiement   syndical.

Sylvestre Meinzer, dans ce documentaire d’1h25 sortant en France début novembre, tente de faire ressurgir cette mémoire enfouie à travers les témoignages d’avocats, syndicalistes, dockers, hommes de justice, psychiatre, et même ce jeune enfant habitant dans l’ancienne maison de Jules Durand, ou encore sa petite-fille dont  l‘émotion est palpable… et elle parvient à nous interroger nous même.

Au-delà de cette  terrible erreur judiciaire-  voire crime judiciaire – conduisant un homme broyé par la machination patronale à la folie, entrainant dans ses sillons d’autres victimes : sa femme, sa fille, et bien d’autres,  je ne peux m’empêcher de penser que l’histoire se refait toujours et encore et que ce triste épisode est finalement terriblement contemporain.

Que peut-on apprendre d’une telle affaire finalement ? Si la réponse peut laisser  perplexe, elle amène d’autres questions dignes de sujets de philo au bac comme celle-ci : la justice de classe a-t-elle disparu ?

A défaut d’apprendre, ce documentaire fait prendre conscience, et c’est déjà beaucoup.

 

Photos d’archives : manif à Paris et au Havre contre la  loi  travail 2016

Ennevi

24 octobre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *