FESTIVAL

MOZAIQUE DIMANCHE 22 JUILLET

MOZAIQUE DIMANCHE 22 JUILLET

Denis Vase

juillet 23rd, 2018

Pas de commentaire

En ce dimanche ensoleillé, les jardins prennent encore davantage,  des airs champêtres, et toutes les pelouses sont investies par des personnes venues en petits groupes, en famille ou entre amis.

Ambiance nonchalante, ambiance relax, invitant à un peu de repos…ceux qui sont  là depuis le début du festival commencent à ressentir la fatigue….et cèdent facilement à la tentation de la vaste et belle assise herbeuse.

C’est en soirée que les jardins voient grossir le nombre de spectateurs, avec le concert de Sarah Mc Coy, déjà connue du public havrais pour être  venue cette année au Magic Mirrors. Grimée de maquillages tribaux, elle en a de la personnalité Sarah ! Et non pas que par le look, mais aussi par  le charisme et la voix, qu’elle donne presque sans efforts, comme une seconde nature ; il n’est qu’à assister au rappel en fin de concert où elle entonne une chanson à capella pour s’en rendre compte. Emouvant, superbe !

Les amateurs de jazz  -même si ce public-là s’est montré moins nombreux aux jardins en ce dimanche –  n’a  pas été en reste, et  a pu applaudir la performance  de Céline Boncina, annoncée comme « révélation féminine de la scène jazz ».

Vient enfin le concert de Fred Wesley & The New JB’S dont les organisateurs avaient prévenu la veille de « ne rater sous aucun prétexte » et force est d’admettre qu’ils avaient bien raison. Véritable légende du r’n’b’ ayant collaboré avec James Brown dont il a été tromboniste et compositeur pendant 7 ans, il est considéré comme le plus célèbre tromboniste du monde jazz funk, et c’est un magnifique cadeau que les programmateurs nous ont fait en l’invitant sur le plateau de cette édition.

Dès les premières notes, les spectateurs se massent au pied de la scène pour laisser libre court à leurs ondulations plus ou moins saccadées, leur façon à eux de montrer qu’il est impossible de recevoir cette musique stoïquement, sans bouger et sans chanter aussi. Fred Wesley agissant en chef d’orchestre talentueux, réussit  à faire reproduire des refrains aux tonalités répétitives mais parfois difficiles à capter,  pour un grand moment de joie et d’éclats de rires.

 

Pour conclure cette magnifique édition, le 40ème et dernier concert était  proposé  par Tin’ Dek Batey, proposant de la salsa cubaine, et plus largement des musiques aux sonorités caribéennes  (compas, calypso, merengue…) quoi de mieux pour continuer la fête ?  Ce ne sont pas les danseurs qui diront le contraire !

Au revoir et à  l’année prochaine, c’est certain !

 

Ennevi

23 juillet 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *